Artemis I commence l’aventure du retour de l’homme sur la lune

La fusée SLS s’apprête à prendre son envol pour mettre la capsule Orion en orbite lunaire lors de la mission Artemis I.

Voici des mois voir des années que nous l’attendions, la mission Artemis I va bientôt donner le coup d’envoi du retour de l’homme sur la lune ; la fusée SLS avec à son bord la capsule Orion, va bientôt décoller de l’aire de lancement 39B du Centre spatial Kennedy de la NASA en Floride.

Après un lancement annulé le lundi 29 août 2022, le décollage devrait avoir lieu le samedi 3 septembre 2022.

Artemis I, une mission test

Cette première mission d’Artemis est une sorte de répétition générale ; oui ce lancement d’essai n’a aucun équipage à son bord et va permettre de tester les équipements. Déjà, pour commencer l’idée est de tester la fusée SLS, qui est la plus puissante jamais fabriquée ; et ensuite de la même manière la capsule Orion va devoir faire ses preuves en condition réelle, c’est-à-dire orbiter autour de la Lune et revenir ; et pour finir, démontrer que le bouclier thermique d’Orion résiste bien à la rentrée atmosphérique sur Terre.

Les différentes étapes

Ainsi, la mission va avoir trois étapes qui seront analysées à la loupe :

  • Le décollage de la fusée SLS ;
  • Le trajet d’Orion dans l’espace et autour de la Lune ;
  • Le retour de la capsule Orion sur Terre.

Le décollage de la fusée SLS

La fusée SLS ou Space Launch System, va donc décoller de la rampe de lancement 39B du port spatial rénové de la NASA grâce à ses deux boosters à propergol solide qui brûlent pas moins de six tonnes de propergol par seconde, ils vont aider à la propulsion de la fusée pendant seulement deux minutes avant de se détacher de l’étage central. En parallèle la SLS va être aussi propulsée par ses quatre moteurs RS-25 lors des 8 premières minutes.

La fusée SLS en détail. © NASA

Une fois l’ascension terminée, la SLS laissera échapper la capsule Orion en direction de la Lune.

La capsule Orion

Une fois la capsule séparée de la fusée, cette dernière va commencer son trajet vers la lune, et ce, grâce notamment au module de service fourni par l’ESA (Agence spatiale européenne) qui permettra de corriger sa trajectoire.

On peut voir ici à droite la capsule Orion et le module de service à gauche. © DLR German Aerospace Center

Après plusieurs jours de voyage, la capsule volera à environ 97 km au-dessus de la surface de notre satellite ; ensuite elle effectuera une manœuvre pour utiliser la force gravitationnelle de la Lune pour revenir vers la Terre. Cela va l’emmener à environ 64 000 km de la Lune, faisant d’Orion le vaisseau spatial construit pour accueillir l’homme, étant allé le plus loin dans l’espace ; sachant qu’Apollo 13 détenait le précédent record à 48 000 km.

Le plan de vol de la mission Artemis I. © NASA

Retour d’Orion sur Terre

Aller autour de la Lune c’est bien, mais rentrer sur le plancher des vaches c’est mieux. C’est pourquoi cette mission a aussi pour but de tester le bouclier thermique de la capsule Orion ; sa vitesse d’entrée dans l’atmosphère terrestre sera d’environ 40 000 km/h pour être ralenti à environ 480 km/h, cela provoquera des températures extrêmes d’environ 2 800 °C, mettant ainsi le bouclier à rude épreuve.

Le bouclier d’Orion sera chauffé à 2 800 °C. © NASA

Une fois la surchauffe passée, la capsule larguera ses deux premiers parachutes de stabilisation aux alentours de 7 600 m pour ralentir la capsule à 160 km/h environ ; puis elle se débarrassera de ces derniers avant de déployer ses trois parachutes principaux pour la ralentir à moins de 32 km/h, et ce pour finir sur un amerrissage en douceur.

Une équipe spéciale sera chargée de récupérer la capsule Orion en plein milieu de l’océan ; après avoir attaché un câble à la capsule, elle sera tirée à bord d’un bateau spécialement conçu.

La récupération d’Orion sera effectuée en mer. © NASA

Voilà donc pour ce tour d’horizon sur les objectifs de cette mission Artemis I, le premier volet d’une épopée qui va permettre à l’homme de refouler le sol de la Lune après le dernier pas réalisé par Eugene Cernan en 1972.

NASA: Artemis I
Artemis I will be the first in a series of increasingly complex missions to build a sustained human presence at the Moon for decades to come.
www.nasa.gov
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Article

Ring of Pain est disponible gratuitement sur l'Epic Games Store

Next Article
PlayStation Store

"Prolongez l'expérience" : une nouvelle vague de promotion Playstation qui frappe fort

Related Posts